// CULTURE // Visiter Toulon autrement avec le Visible est invisible

Il était temps ! Oui il était temps de laisser Frédéric PAUL, guide et créateur des excursions citadines Le Visible est Invisible, me guider dans les rues de la ville qui m’a accueilli voilà 20 ans et qui restera la ville de mes plus beaux et plus marquants souvenirs.

Ça fait des années que je ne pouvais pas participer à ces visites guidées entre visible et invisible pour diverses raisons. Et voilà qu’enfin, samedi dernier, j’ai réalisé cette balade dans Ma ville avec Frédéric et une quinzaine d’autres personnes avides de découvrir Toulon autrement.

Frédéric est le guide parfait pour nous promener au travers des rues du centre ville ancien. Natif de Toulon, il a grandi à l’ombre des bâtiments qui ont fait ou connu la Grande comme les petites histoires de ce port à l’accent chantant. Guidé petit, par sa grand-mère dont il détient de jolies anecdotes, c’est à son tour qu’il mène les amateurs de culture et d’histoire au travers de Telo Martius ( nom romain donné à la cité ).

Toulon, pour beaucoup, c’est avant tout un port militaire regroupant la plus grosse partie de la flotte de la Marine Nationale dont son fleuron : le porte-avion Charles de Gaulle.

Mais la ville ne se résume, heureusement, pas qu’à ça. Ceux qui veulent bien s’y arrêter, découvriront d’autres aspects architecturaux, naturels, culturels, sportifs.

Nous avons remonté le temps ce samedi matin là pour commencer notre balade sur les anciens vestiges d’un port romain place Besagne. Ponctué d’images ou photos d’archives, le discours de Frédéric nous plonge vraiment dans l’ambiance. On s’imagine presque être à la place des archéologues trouvant des pièces de l’époque gallo-romaine en lieu et place du centre commercial Mayol.

On se prend à chantonner « Viens Poupoule » de Félix Mayol au pied du stade éponyme, on admire l’architecture de la Frontale du Port primée du Grand Prix de Rome avec ces appartements tournés vers la mer, on admire Cuverville et on sourit rien qu’à l’évocation de son nom, on s’imagine plonger dans l’ambiance du Petit Chicago, lieu de perdition des marins jusque dans les années 70.

La scène mythique de la partie de cartes de Pagnol avec Raimu résonne à nos oreilles comme une douce mélodie provençale. Les rues de la basse ville dévoilent de minuscules indices sur leur passé.

De la place Puget au Cours Lafayette, on se laisse mener et emporter par la chanson de Bécaud sur les « marchés de Provence » et on se laisse presque tenter par un bout de cade pour finir en beauté.

Bien sûr, je ne pourrais pas résumer en quelques phrases tout le plaisir que c’est de jouer aux touristes dans sa propre ville. Même si je ne suis à Toulon que depuis 20 ans, j’y ai déjà des habitudes au Faron ou à la plage, mes enfants sont nés toulonnais et ma vie est là.

Aussi ce n’est que du bonheur, un véritable bonbon, une petite madeleine de Proust que de parcourir une ville avec un guide comme Frédéric. Et je ne peux que vous conseiller de réserver votre prochaine balade avec lui ou l’une de ses collègues pour des moments de culture et de plaisir à consommer sans modération.

Toutes les infos et réservations sont juste ici

Merci Frédéric pour ce moment extraordinaire et pour cette pensée pour Paul.

Un commentaire

  1. toi aussi maintenant , tu pourrais nous servir de guide , tant tu parles bien de la ville où j ‘ai grandi

    je t’embrasse .. Anna

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.