// CULTURE // Sauver ou Périr, un film poignant

Après Mauvaises herbes de Kheiron, nous voilà Chéri et moi de retour au cinéma pour s’octroyer une séance tous les deux devant un des films français de l’année.

Synopsis :

Franck est Sapeur-Pompier de Paris. Il sauve des gens. Il vit dans la caserne avec sa femme qui accouche de jumelles. Il est heureux. Lors d’une intervention sur un incendie, il se sacrifie pour sauver ses hommes. A son réveil dans un centre de traitement des Grands Brûlés, il comprend que son visage a fondu dans les flammes. Il va devoir réapprendre à vivre, et accepter d’être sauvé à son tour.

Source @allociné

Que ceux qui sont fans de Backdraft et autres films d’actions mettant en scène les soldats du feu passent leur chemin. Sauver ou périr est avant tout un film psychologique qui nous plonge dans l’univers des casernes et des pompiers et nous montre sans fards tout les bons comme les très mauvais moments que cette vie d’engagement impose.

La vie de pompier telle qu’elle est rêvée par beaucoup est aussi une vie de sacrifices ( parfois familiaux ), d’abnégation et dans laquelle le mental joue un rôle prépondérant. Comme dans chaque corps de métier amené à gérer des vies humaines, les pompiers doivent porter secours physique et prennent sur eux la détresse humaine, la misère, la douleur.

Pierre Niney est incroyable dans ce rôle de sergent de caserne des sapeurs pompiers de Paris et Anaïs Demoustier, magnifique dans le rôle de son épouse – qui a épousé avec le métier, la caserne et la peur -.

Les scènes sont courtes, d’un réalisme bluffant qui nous plonge véritablement dans cet univers trop souvent idéalisé. Peu de scènes au feu et pour cause : le film s’oriente plutôt sur l’aspect psychologique de l’après accident. Simple, efficace, la réalisation est parfaite.

Ces mois d’hôpital, de vie de famille brisée, de quête de ce que l’on a perdu et ce que l’on va devenir, voilà ce que Sauver ou périr met en avant.

On voit le chemin parcouru physiquement par Franck dans un service de grands brûlés ( avec une scène difficile lors de soins ) mais surtout on suit le parcours chaotique qu’il traverse dans sa tête, ses questionnements quant à continuer à vivre. Mais on découvre surtout l’autre côté, celui de la famille – celui d’aidant que nous connaissons trop bien – qui doit s’accommoder d’une nouvelle vie très compliquée.

Même si ce film est difficile à voir pour certains, c’est aussi une belle leçon de vie et sans tout dévoiler, une jolie note d’espoir.

Je vous le conseille vraiment avant qu’il ne disparaisse des écrans !!!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.